Marie qui défait les nœuds Imprimatur de l’Archevêché de Paris

La neuvaine pourquoi... pour qui ?

La Neuvaine à Marie qui défait les nœuds, écrite par le père Celeiro, est destinée à tous ceux qui, un jour, à bout de souffrances, crient leur désarroi vers le Ciel. Elle permet de confier à la Mère de Jésus, toutes sortes de difficultés, toutes sortes de noeuds : états d'angoisse, endettement, recherche d'emploi, recherche de logement, examen, maladie, douleur, avortement, divorce, rupture, alcoolisme,drogue, stress, dépression..., toutes difficultés matérielles, familiales, scolaires, professionnelles ou spirituelles. 

Quel que soient l'âge, la condition, l'origine,... la notion de "nœuds dans la vie" est une réalité pour chacun.
Qui peut affirmer ne pas être concerné ?


Faut-il être croyant, pratiquant ?
Pas nécessairement, il y a toujours un moment dans la vie où l'on se sent impuissant à se sortir seul d'une situation, où l'on a besoin de s'en remettre à plus grand, plus fort que soi.
C'est une démarche d'abandon, de confiance aussi.

Pourquoi Marie ?
Marie, la Mère de Jésus, est la figure maternelle par excellence : la tendresse, l'oreille attentive, la main secourable.

Pourquoi ce tableau ?
Quelle meilleure explication que celle donnée par le Pape François,  lorsqu'il était encore archevêque de Buenos Aires : "C’est l’image de notre Mère qui nous aide tous les jours sur les chemins de la vie. Elle vient à notre aide, s’occupe de nous, nous montre à Jésus, nous mène à Jésus. Nous lui présentons nos difficultés, nos “nœuds”, spécialement ceux qui affectent la vie chrétienne de notre famille. Et nous savons que ses mains amoureuses de mère, pleines de tendresse, s’occupent de nous." (Jorge Bergoglio, SJ - Homélie du 15/08/1999)

Peut-on prier pour quelqu'un d'autre ?
Oui, c'est possible ; que la personne soit au courant ou non. En priant pour quelqu'un qui nous est cher, on s'associe à sa peine et l'on s'approprie son nœud . C'est une démarche bienveillante.
 

Peut-on confier tous ses problèmes, ses soucis ?
Oui, mais le mieux est de faire une neuvaine par nœud , par difficulté. Cela permet de constater les améliorations, les dénouements.
Par ailleurs, il est bon de pouvoir définir précisément par des mots ce qui fait souffrir. Pendant la Neuvaine, on mentionne le nœud explicitement tous les jours.
 

Comment savoir si les prières sont faites pour mon cas ?
Les prières composées par le père Celeiro énumèrent tout ce qui fait souffrir l'humanité, les désordres intérieurs comme extérieurs. Elles trouvent un écho dans la vie de chacun.
La récitation du chapelet permet de constater que les épisodes médités de la vie de Jésus et de Marie peuvent se rapprocher de notre propre expérience. C'est pour cela que le chapelet est le mode de prière le plus utilisé par les catholiques, il est universel. Le chapelet est un pont entre Dieu et les hommes.
 

Et si j'ai raté un jour, une prière ?
Marie est mère avant tout et, avant tout, elle regarde l'intention. Lorsque l'on prie une neuvaine, on n'est ni dans le formalisme mathématique, ni dans la formule magique. 
 

9 jours c'est long, et si je ne suis pas exaucé ?
Oui, 9 jours c'est long mais c'est une période où la difficulté qui vous étouffe, le souci lancinant est nommé, mis en lumière et observé sous toutes ses facettes tout en étant mis à distance puisqu'il est confié à Marie. Ce sont 9 jours de décharge, de soulagement, d'apaisement. Les fruits ne sont pas forcément immédiats et ils ne sont pas nécessairement ceux que l'on attend.
Marie ne dénoue pas forcément le nœud confié mais va aider à l'identifier, à le nommer, le cerner sous différents angles au fur et à mesure des méditations des 9 jours. Très souvent, par le biais de la Neuvaine, elle peut nous montrer comment le dénouer nous-même.