Marie qui défait les nœuds Imprimatur de l’Archevêché de Paris

Qu’est ce que la Neuvaine ?

La Neuvaine à Marie qui défait les nœuds, est un livret de prières écrit par le Père Celeiro, prêtre argentin et validé par l'Eglise catholique (Nihil Obstat et Imprimatur de l'archevêché de Paris).  Il permet de confier pendant 9 jours une souffrance à Marie, la Mère de Jésus, en méditant à partir du chapelet et de la contemplation du tableau du même nom. Il ne s'agit nullement de formules magiques mais de l'appel confiant d'une personne dans le besoin, à Celle qui peut tout obtenir de Dieu.

Les neuvaines, une tradition de l'Eglise
Les neuvaines sont une tradition de l’Eglise catholique. Elles consistent à prier pendant 9 jours consécutifs pour une intention particulière. Il existe des neuvaines pour une multitude de causes.

Cette tradition remonte aux premiers chrétiens qui prenaient exemple sur les disciples de Jésus. Ceux-ci s’étaient réunis au Cénacle entre l'Ascension de Jésus au Ciel et la Pentecôte, jour où Dieu donna l'Esprit Saint au Monde.

Il s'écoula 9 jours durant lesquels "Tous étaient assidus à la prière, avec quelques femmes dont Marie la mère de Jésus" (Actes des apôtres 1:14). 
 
Les témoignages dans l'histoire de l'Eglise montrent que Dieu se laisse toucher par les neuvaines, notamment celles adressées à Marie. Il accorde alors de nombreuses grâces : réconciliations, guérisons, solutions financières, emploi, logement... Ces grâces sont aussi spirituelles, car le but premier de la prière est la conversion des cœurs.
 
"Ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez" (Evangile de Jésus Christ selon St Matthieu 21,22).
Composition de la Neuvaine à Marie qui défait les nœuds

La neuvaine "Marie qui défait les nœuds", véritable acte de foi, d'abandon et d'espérance, est inspirées du célèbre tableau de Johann Melchior Schmidtner fidèlement reproduit dans le livret.
Elle se compose de onze prières : soit une prière/méditation pour chacun des neuf jours, plus une supplique et une prière « centrale». Ces prières accompagnent la méditation du chapelet qui fait réfléchir sur un moment-clé (appelé Mystère) de la vie de Jésus et Marie. Il est étonnant de constater qu'il y a toujours un lien entre le nœud pour lequel on prie et le mystère que l'on médite.